Actualités CPGE : Bienvenue

Mardi 13 septembre 2016: discussion (classes PTSI-PT) autour de la CPGE, du métier d'ingénieur avec Mr Figuerola, ingénieur ENSAM, ancien élève du lycée Antoine Bourdelle, CPGE PCSI-PSI.

 

Mercredi 21 septembre 2016: journée d'intégration organisée par Mme Ausset de nos élèves PTSI.

Samedi 5 novembre 2016: 25 élèves des 2 années  ont participé aux différentes activités du tournoi des CPGE toulousaines (600 élèves étaient présents).

 

Vendredi 16 décembre 2016. Forum des grandes écoles organisé au lycée Antoine Bourdelle. Propos récoltés par Mr  Cahue (La dépêche):

Ils ont fait partie de la première promotion de cette classe préparatoire

Claire Maffre, 20 ans Originaire de Léguevin (31) Arts et métiers Paris

«Je garde un excellent souvenir de cette classe où l'ambiance avec les autres élèves mais aussi l'équipe d'enseignants était très conviviale. À comparer avec d'autres prépas, on était peu nombreux à Montauban ce qui nous offrait un suivi extraordinaire des profs et parfois même un petit côté familial. Si j'ai atterri là, je reconnais que c'était un choix par défaut n'ayant pas été prise à Toulouse - Déodat. Mais aujourd'hui, je ne regrette rien. D'ailleurs, si j'ai été prise à Arts et Métiers, preuve que la formation a été de haut niveau...»

Axel Catelin, 20 ans de Castelmaurou (31) Centrale Nantes

«Je souhaitais vraiment m'orienter sur une carrière à l'international et Centrale Nantes est l'école parfaite pour moi. Avoir été pris dans cette classe préparatoire toute nouvelle qui venait d'ouvrir à Montauban a été une vraie chance pour moi. J'y ai trouvé une solidarité que je n'imaginais pas dans de telles classes. Même si on cherchait tous à décrocher l'entrée dans une grande école, il n'y a jamais eu de concurrence entre nous et l'entraide a toujours été importante. Je suis très heureux et fier de revenir aujourd'hui défendre cette formation.»

Julien Lamolinairie, 20 ans de Montpezat-de-Quercy (82) Magistère physique à l'université de Paris Diderot

«Je vise aujourd'hui un Capes de physique et pourquoi pas l'agrégation après. J'attends avec impatience mon premier stage en laboratoire pour voir si je suis fait pour la recherche. Je ne me fixe aucune limite dans mes études depuis mon passage en prépa. La formation que j'ai suivie pendant deux ans m'a libéré et m'a apporté beaucoup de motivation. Le groupe d'élèves était très soudé et je ne regrette pas d'avoir fait le choix d'être interne pour rester dans cette ambiance de travail durant les soirées.»

Renan Derible, 20 ans de Caussade (82) Arts et métiers Bordeaux

«Avec un peu de recul, je peux dire que je me suis bien amusé dans cette prépa. La charge de travail et le niveau étaient immenses, mais cela a toujours fait partie du jeu. Avoir pu intégrer cette classe a été une chance inouïe car mon niveau en lycée n'était pas exceptionnel et je n'aurais jamais pu entrer dans une prépa toulousaine. À Montauban, on m'a permis de hausser mon niveau et je me suis découvert meilleur à la sortie qu'à mon entrée. Aujourd'hui, mon école d'ingénieur m'ouvre les métiers du génie civil, c'est génial !»

Modifier le commentaire 

par GRAZIELLA PAIRONA le 31 déc. 2016 à 10:21

haut de page